Nettoyer les “Jockey Wheels”

Je suis un grand fan des transmissions 12 vitesses de Sram autrement appelées « Eagle ». Malheureusement, celles-ci pèchent par un encrassement très rapide des deux roulettes du dérailleur (les galets ou jockey wheels en anglais).

Ce week-end, je suis encore « tombé » sur un cycliste dont le vélo semblait contenir un élevage de canaris. Il n’a pas été nécessaire de démonter tout le vélo pour me rendre compte qu’un de ses galets était complètement grippé et comme je ne disposais bien entendu pas de matériel avec moi et il a bien dû terminer sa rando avec ses volatiles chantants.

Pourtant, résoudre ce problème n’est pas quelque chose d’insurmontable. Pour vous dire, même moi j’y suis arrivé. J’ai rédigé ce petit CR sans autre prétention que cela puisse décider certains à travailler eux-mêmes sur leur vélo. Que les pros qui y trouvent quelque chose à redire n’hésitent pas à commenter/corriger.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Vous déposez votre vélo chez votre marchand qui vous règlera cela en un quart d’heure tout en en facturant une. Peut-être même remplacera-t-il directement les roulettes, ce qui devrait vous coûter une trentaine d’euros, hors main d’oeuvre.
  • Vous nettoyez vous-même vos roulettes, ce qui ne vous coûte rien d’autre qu’un peu de temps.

Avant de commencer, vous avez besoin du matériel suivant :

  • Une clé allen (ou BTR pour les fransquillons)
  • Une épingle
  • Une bombe de WD40
  • Une bombe de nettoyant pour disque de frein (alcool isopropylique)
  • De la Loctite (c’est de la colle à filets)
  • Du papier de nettoyage (style essuie-tout)
  • De la graisse de bonne qualité (j’utilise de la graisse pour roulements Shimano)

On commence par dévisser (avec la clé allen) la vis centrale du galet. Vous récupérez l’ensemble en prenant bien soin de ne pas perdre les deux petites flasques. Vous nettoyez tout cela.

Pour atteindre les roulements, vous utilisez l’épingle et vous retirez les deux joints circulaires sensés isoler les roulements des éléments extérieurs. Faites attention à ne pas les plier.

Vous pouvez déjà noyer le galet et son roulement dans du WD40. Vous laissez agir puis vous nettoyez avec l’essuie-tout et/ou éventuellement une (vieille) brosse à dents. Les roulements doivent tourner librement et être propres c-à-d sans laisser de traces brunâtres quand ils tournent. Recommencez cette opération autant de fois que nécessaire. Si vous disposez d’un compresseur, n’hésitez pas à chasser de l’air dans les roulements, histoire de faire partir toutes les crasses.

Assurez-vous que les billes ne soient pas oxydées auquel cas, vous n’aurez pas d’autre choix que de remplacer le galet. Cela dit, un entretien régulier devrait l’éviter.

Une fois que c’est propre, vous recommencez l’opération avec le nettoyant pour freins. Rappelons que le WD40 est corrosif et qu’il convient d’en éliminer toute trace avant de réinjecter de la graisse propre. C’est la raison pour laquelle je nettoie les protections de roulement uniquement avec de l’alcool isopropylique.

Quand tout est propre et sec, vous bourrez (dans le sens « bien bourrer » du terme) de la graisse dans les roulements et vous refermez le tout en replaçant les joints circulaires nettoyés.

Les deux flasques noires doivent également être propres. Je vous conseille également de bien dégraisser la vis centrale ainsi que le pas de vis sur la cage du dérailleur.

La Loctite est une espèce de colle à filets qui évite que la vis … ne se dévisse. Vous en mettez une goutte sur le pas de vis. Si vous disposez d’une clé dynamométrique, cette vis doit se serrer avec un couple de 3 Nm. Dans le cas contraire, vous serrez à la clé « pifométrique », c-à-d pas comme un malade.

N’oubliez pas que ces roulettes ont un sens : <U>pper et <L>ower tournés vers vous.

Réalisée régulièrement, cette opération prolongera la vie de vos galets.

En ce qui me concerne, j’ai décidé de remplacer les galets Sram par du matériel un peu plus approprié à nos conditions hivernales. Mon choix s’est porté sur du matériel fabriqué en Grande-Bretagne, chez Superstar Component. Les anglais s’y connaissent en conditions climatiques dantesques et pour cela, contrairement à leur contribution européenne, on peut leur faire confiance.

Ces galets disposent d’une gorge qui est une barrière supplémentaire pour éviter que l’eau et/ou la boue n’atteigne trop facilement les roulements. Je remplis cette gorge de graisse blanche au téflon.

Sur mon dérailleur précédent, un Sram 11 vitesses, je les avais également remplacées par des Hope (également de construction britannique). Bien m’en a pris car elles nécessitaient un entretien bien moins fréquent que les roulettes d’origine et je n’ai jamais eu de problème.