Nettoyer les “Jockey Wheels”

Je suis un grand fan des transmissions 12 vitesses de Sram autrement appelées « Eagle ». Malheureusement, celles-ci pèchent par un encrassement très rapide des deux roulettes du dérailleur (les galets ou jockey wheels en anglais).

Ce week-end, je suis encore « tombé » sur un cycliste dont le vélo semblait contenir un élevage de canaris. Il n’a pas été nécessaire de démonter tout le vélo pour me rendre compte qu’un de ses galets était complètement grippé et comme je ne disposais bien entendu pas de matériel avec moi et il a bien dû terminer sa rando avec ses volatiles chantants.

Pourtant, résoudre ce problème n’est pas quelque chose d’insurmontable. Pour vous dire, même moi j’y suis arrivé. J’ai rédigé ce petit CR sans autre prétention que cela puisse décider certains à travailler eux-mêmes sur leur vélo. Que les pros qui y trouvent quelque chose à redire n’hésitent pas à commenter/corriger.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Vous déposez votre vélo chez votre marchand qui vous règlera cela en un quart d’heure tout en en facturant une. Peut-être même remplacera-t-il directement les roulettes, ce qui devrait vous coûter une trentaine d’euros, hors main d’oeuvre.
  • Vous nettoyez vous-même vos roulettes, ce qui ne vous coûte rien d’autre qu’un peu de temps.

Avant de commencer, vous avez besoin du matériel suivant :

  • Une clé allen (ou BTR pour les fransquillons)
  • Une épingle
  • Une bombe de WD40
  • Une bombe de nettoyant pour disque de frein (alcool isopropylique)
  • De la Loctite (c’est de la colle à filets)
  • Du papier de nettoyage (style essuie-tout)
  • De la graisse de bonne qualité (j’utilise de la graisse pour roulements Shimano)

On commence par dévisser (avec la clé allen) la vis centrale du galet. Vous récupérez l’ensemble en prenant bien soin de ne pas perdre les deux petites flasques. Vous nettoyez tout cela.

Pour atteindre les roulements, vous utilisez l’épingle et vous retirez les deux joints circulaires sensés isoler les roulements des éléments extérieurs. Faites attention à ne pas les plier.

Vous pouvez déjà noyer le galet et son roulement dans du WD40. Vous laissez agir puis vous nettoyez avec l’essuie-tout et/ou éventuellement une (vieille) brosse à dents. Les roulements doivent tourner librement et être propres c-à-d sans laisser de traces brunâtres quand ils tournent. Recommencez cette opération autant de fois que nécessaire. Si vous disposez d’un compresseur, n’hésitez pas à chasser de l’air dans les roulements, histoire de faire partir toutes les crasses.

Assurez-vous que les billes ne soient pas oxydées auquel cas, vous n’aurez pas d’autre choix que de remplacer le galet. Cela dit, un entretien régulier devrait l’éviter.

Une fois que c’est propre, vous recommencez l’opération avec le nettoyant pour freins. Rappelons que le WD40 est corrosif et qu’il convient d’en éliminer toute trace avant de réinjecter de la graisse propre. C’est la raison pour laquelle je nettoie les protections de roulement uniquement avec de l’alcool isopropylique.

Quand tout est propre et sec, vous bourrez (dans le sens « bien bourrer » du terme) de la graisse dans les roulements et vous refermez le tout en replaçant les joints circulaires nettoyés.

Les deux flasques noires doivent également être propres. Je vous conseille également de bien dégraisser la vis centrale ainsi que le pas de vis sur la cage du dérailleur.

La Loctite est une espèce de colle à filets qui évite que la vis … ne se dévisse. Vous en mettez une goutte sur le pas de vis. Si vous disposez d’une clé dynamométrique, cette vis doit se serrer avec un couple de 3 Nm. Dans le cas contraire, vous serrez à la clé « pifométrique », c-à-d pas comme un malade.

N’oubliez pas que ces roulettes ont un sens : <U>pper et <L>ower tournés vers vous.

Réalisée régulièrement, cette opération prolongera la vie de vos galets.

En ce qui me concerne, j’ai décidé de remplacer les galets Sram par du matériel un peu plus approprié à nos conditions hivernales. Mon choix s’est porté sur du matériel fabriqué en Grande-Bretagne, chez Superstar Component. Les anglais s’y connaissent en conditions climatiques dantesques et pour cela, contrairement à leur contribution européenne, on peut leur faire confiance.

Ces galets disposent d’une gorge qui est une barrière supplémentaire pour éviter que l’eau et/ou la boue n’atteigne trop facilement les roulements. Je remplis cette gorge de graisse blanche au téflon.

Sur mon dérailleur précédent, un Sram 11 vitesses, je les avais également remplacées par des Hope (également de construction britannique). Bien m’en a pris car elles nécessitaient un entretien bien moins fréquent que les roulettes d’origine et je n’ai jamais eu de problème.

12 raisons pour pratiquer le VTT

Le rasoir de l’Occam D’après certaines études, l’homme (et la femme) de 2100 sera complètement glabre. En attendant le  réveillon du prochain siècle, nous devrons encore nous contenter de nous désherber, sans glyphosate, chaque jour (pff …).Les routiers préfèrent généralement un visage rasé de près avec des favoris bien dessinés. Les moutainbikers, eux, n’en n’ont rien à foutre. La barbe de trois jours et les cheveux longs  sont considérés comme tout à fait normaux.

La pyramide et les diabolos mentent. Un cycliste du Tour de France ressemble à une pyramide : tout dans les jambes, pas grand-chose dans les bras et un torse de pigeon. Bref,  un croisement entre de Hulk et ET. Les journalistes mentent quand ils racontent que les cyclistes sur route sont des sportifs complets. Je dirais plutôt qu’ils sont des demi-sportifs à dessous hypertrophié et un haut sous-développé. Avouez quand même un Gregg Minaar ressemble plus à un diabolo : des bras (2) et un torse puissants, des jambes (2) musclées, la puissance à l’état pur.


Les défilés parisiens Sur route, le lycra reste toujours à la mode, ce qui fait ressembler un peloton du Tour de France à une sortie touristique pour folles en goguette. Ils portent leur moulebite très ajusté au corps de manière à rendre bien visible le moindre petit bourrelet.
La mode vttiste est caractérisée par différents types de shorts et de jerseys généralement bariolés de publicités pour des marques de bières ou de vélos. Les armures de protections peuvent ajouter une couche de virilité aux enduristes et aux descendeurs. Certains d’entre eux doivent même se couvrir la tête d’un casque intégral afin de se protéger des assauts de leurs innombrables groupies qui gravitent autour des courses. Nous préférons les vêtements amples dans lesquels nos muscles puissants peuvent se développer librement et se déplacer selon les contraintes imposées à nos corps d’airain.


Les afters bio A l’arrivée, les routiers se goinfrent de boissons énergisantes et réhydratantes soigneusement dosées afin de restaurer leur équilibre intérieur. Nous préférons les boissons naturelles à base d’eau, d’orge, de houblon (et parfois de malt). Leur dosage est tout sauf soigneusement mesuré. Ces compléments alimentaires permettent une ouverture complète de nos chakras et, n’en doutons, pas de retarder l’heure du retour dans nos foyers. A l’arrivée, un coureur du Tour de France est entouré de tout un staff dont le seul but est de le préparer à l’étape du lendemain. Nous … bof … une chaise, une table, une chope, quelques potes et nous sommes repartis … et pas besoin d’attendre demain … quoique …


La carte de géographie Là où les routiers nous montrent des corps propres et sans tache, les Vttistes sont fiers d’arborer leurs différentes cicatrices, témoignages de leurs nombreux exploits. Certains d’entre eux vont même jusqu’à tatouer le lieu et la date de l’incident sous chaque cicatrice. La classe ! Vous voulez apprendre la géographie ? Oubliez la mappemonde et engagez plutôt un vttiste.


Faites la boue, pas la guerre. Afin de ne pas salir son beau maillot, le roadie évite toujours de passer dans les flaques d’eau. Le biker, lui, ne conçoit pas de rentrer propre à la fin d’une trace. Il en va de même pour le vélo parce qu’un biker sans boue n’est qu’un roadie déguisé.


Disc-jockey Les rois du tarmac ne sont pas connus pour leur modernité ni leur enthousiasme pour les nouvelles technologies. Leurs bécanes sont toujours équipées de freins cantilevers, de pneus lisses, de câbles et de toutes ces petites choses que nous avons remplacées par des disques, de l’hydraulique voire même de l’électronique. Bon, ok, je vous concède que les changements de vitesses sont électriques sur les vélos de route. Mais là où ils ont besoin de trois plateaux, nous n’en n’utilisons plus qu’un seul.


La fée électrique L’apparition de motocyclettes électriques dans les bois a permis d’ouvrir de passionnantes discussions sur les bienfaits  (ou non) de ces engins. Imaginez donc comment les afters et les forums étaient ternes sans ces engins, générateurs de controverses. Dans un vtt, au moins, il n’est pas nécessaire de cacher le moteur sous peine de disqualification.


Wall of fame Un Froome ou un Contador sont bien en peine de pouvoir prendre un pot tranquillos dans le pub local tant ils sont poursuivis par leur notoriété. Les vttistes, eux, ne subissent pas ce problème de harcèlement. Et pour cause, personne ne les connait et c’est en toute simplicité qu’ils peuvent se déchirer grave au cafetar local.


Drifting En balançant son corps sur la roue avant et en chassant méchamment son bassin d’un côté ou l’autre du vélo, il est possible, pour quelques secondes d’atteindre le nirvana cosmique qui consiste à faire glisser sa roue arrière dans le gravier. Cette sensation n’est connue que de la part des vttistes. Essayez donc cela avec un vélo de route et c’est l’hôpital assuré.


EPO Racontez à quelqu’un qui n’est pas du milieu cycliste que vous faites du vélo de route et vous n’attendrez pas une minute que l’on vous parle d’Armstrong. Dites que vous faites du vtt et, en moins d’une minute, votre interlocuteur propose de vous offrir une bière en échange du récit de vos exploits.


Phéromones
Il a été scientifiquement prouvé que piloter un Vtt vous rend plus confiant vis-à-vis du sexe opposé. En Asie, des usines entières préparent des bouteilles contenant des phéromones de vttistes à destination des pays européens.

Nettoyer une chaîne

Dans le monde du Vtt, s’il il y a bien un sujet largement débattu, c’est bien celui du nettoyage de la transmission (chaîne, cassette, plateau(x)). Je ne vois donc aucune raison de ne pas y aller de mon propre ( !) commentaire.

Une chaîne sale abîme l’ensemble de la transmission, que cela soit les plateaux ou la cassette, les roulements de pédalier, voire même le corps de roue libre (body).

La chaîne est le seul élément d’une transmission qui doit être huilé. A la longue, cette huile a tendance à attirer toutes les crasses qui passent à sa portée et, sans entretien, on se retrouve avec des passages de vitesses difficiles, une usure prématurée et, finalement, une transmission qui … casse.  De savants calculs estiment qu’une chaîne encrassée peut faire perdre 5% de puissance.

Pour mettre une chaîne en état, on passe toujours par deux phases : nettoyage (boue, sable …) et lubrification. Parfois, une étape intermédiaire est nécessaire : le dégraissage.

Nettoyage

Après chaque rando, je nettoie toujours ma transmission à sec avec un de ces petits essuies carrés qui se vendent par 10 au brico. Ils ne coûtent rien du tout, peuvent être nettoyés en machine et réutilisés.

Une brosse à vaisselle est bien pratique pour éliminer les petites crasses qui peuvent toujours se coincer dans la cassette. Il faut également nettoyer les deux galets du dérailleur, le(s) plateau(x) avant et la cassette. Tant qu’à faire, vous pouvez en profiter pour vérifier que les galets tournent toujours librement et qu’il n’y a pas de jeu dans le pédalier.

Ces opérations prennent trois minutes et une fois bien sèche, la chaîne peut être relubrifiée immédiatement.

Si vous disposez d’un bike-wash, il n’est certainement pas inutile de passer un petit coup de pression dans les mailles de la chaîne en la faisant tourner. Cela enlèvera déjà le plus gros des crasses, surtout par temps de boue.

Dégraissage

Plusieurs entreprises soucieuses de notre bien-être (et de leur portefeuille) nous proposent moultes produits (en spray ou en pulvérisateur) tous plus efficaces les uns que les autres.

Il existe également de petits appareils en plastique transparent qui font tourner des brosses dans les mailles de la chaîne.

J’en ai essayé quelques un qui fonctionnent tous très bien mais, quand on y réfléchi, ils ne font jamais que d’enlever de la graisse. Ils présentent cependant un inconvénient majeur qui est celui de faire couler du dégraissant sur une chaîne montée sur le vélo. A coup sûr, si vous envoyez du dégraissant sur la chaîne, les roulements du pédalier, des galets ou du corps de roue libre recevront également leur dose. Et du dégraissant dans des roulements qui doivent être graissés en permanence, cela ne peut rien générer de bon. Et je ne vous parle même pas de ce qui tombe sur le pneu et le sol. En conséquence, je pense que dégraisser une chaîne doit se faire en dehors du vélo (voir ci-dessous).

Vous me direz qu’il faut enlever la chaîne, que c’est du chipotage, que cela demande un outil spécial, que cela vous salit les mains et bla bla bla. Dans ce cas, je vous suggère de cesser de me lire et de commencer un nouveau mot-croisé.

Je pars du principe que votre chaîne dispose d’une maille rapide (QuickLink). Il faut un outil spécial pour le démonter (ou, je sais, on peut faire sans … mais c’est plus de chipo).

En principe, ces mailles rapides ne peuvent être utilisées qu’une seule fois (en gros, vous la jetez à chaque démontage). Certaines d’entre elles peuvent être utilisées plusieurs fois (Wippermann et certaines KMC par exemple) mais je ne les ai pas testées. J’ai toujours réutilisé mes attaches rapides une ou deux fois avant de les remplacer sans avoir réussi à casser de chaîne.

Exemple chez KMC : l’attache de gauche avec l’encoche est réutilisable, celle de droite ne peut servir qu’une seule fois.

Connecteur réutilisable Wippermann pour chaîne 11 vitesses. Je ne pense pas que cela existe pour les chaînes Eagle (12v).

Pour bien nettoyer-dégraisser la chaîne, il faut la plonger dans un seau à moitié rempli d’eau chaude avec du détergent style produit de vaisselle ou Monsieur « Proper ». On laisse « agir » quelques minutes et on frotte avec une brosse (à vaisselle ou pour les mains). Il faut une brosse avec des poils rigides qui rentrent bien dans les mailles. Il suffit ensuite de la rincer et laisser sécher. Cette solution ne coûte rien, ne pollue pas (trop) et est aussi efficace que les produits industriels.

Le cas d’une chaîne neuve est un peu plus spécial car elle arrive engluée dans une espèce de cire grasse et collante qui doit absolument être enlevée avant montage. Ne roulez jamais avec une chaîne neuve sans la débarbouiller. Très honnêtement, j’ai essayé la solution ci-dessus mais cela ne fonctionne pas bien pour une chaîne neuve. La meilleure et moins onéreuse solution que j’ai trouvée est de la laisser tremper un jour ou deux dans un bain de dégraissant industriel comme on en trouve pour quelques euros dans les bricos. Le pétrole désaromatisé et le white spirit donnent également un bon résultat.

Une chaîne de VTT peut être utilisée dans n’importe quel sens (il n’y a pas de côté droit ou gauche). Cela dit, je vous conseille quand même de la remettre comme vous l’avez enlevée. La raison est que votre chaîne s’use et si vous ne la remettez pas en place dans le même sens, l’usure risque de se faire dans l’autre sens et de fragiliser une ou plusieurs mailles.

Pour cela, j’ai pris pour habitude de « marquer » l’orientation en plaçant un petit collier en nylon du côté droit de la chaîne.

Remarque : le maillon rapide a un sens de montage, souvent matérialisé par une flèche indiquant le sens de déplacement de la chaîne

Une fois bien sèche et remontée, vous pouvez passer à la lubrification.

Lubrification

Dans une chaîne, seuls les éléments mobiles doivent être lubrifiés. Il est inutile de huiler le côté des maillons. C’est même préjudiciable car cela attirera toutes les crasses qui passeront à sa portée.

Personnellement, j’utilise l’huile Boeshield T-9 en burette mais ce ne sont pas les huiles ou les cires (wax) qui manquent. Faites votre choix. Les lubrifiants en spray sont à éviter car vous risquez d’en retrouver sur vos freins (disques ou plaquettes), ce qui n’est jamais une bonne chose.

Une fois lubrifiée, passez votre chaîne dans une loque (à reloqueter) ou dans un essuie-tout afin d’éliminer le surplus (essentiellement sur le côté des maillons).

Petits rappels :

  • le WD40 que nous connaissons tous est un solvent et pas un lubrifiant. Il ne doit donc en aucun cas être utilisé pour huiler votre chaîne.
  • Le(s) plateau(x) et la cassette doivent être secs (et propres). Il ne faut pas les lubrifier car il n’y a rien de mobile là-dedans.
  • Une chaîne se lubrifie à sec et propre.
  • Il est inutile de vider l’entièreté de la burette pour huiler votre chaîne. Une petite goutte par maille suffit largement. J’ai consommé une burette de Boeshield pour l’entretien de deux vélos sur une année.

Cas particulier

Un nettoyeur à ultrasons est d’une redoutable efficacité pour nettoyer une chaîne ou une cassette. Son avantage est de pouvoir retirer les petites crasses se trouvant à l’intérieur des mailles et des axes et qui ne peuvent pas être atteintes par une brosse.

J’étais un peu sceptique sur le sujet puis j’ai fait un essai avec une chaîne que je pensais propre après un nettoyage quotidien. Cela m’a convaincu.

Remplissez la cuve avec de l’eau chaude et ajoutez-y une bonne dose de Monsieur « Proper ». Réglez le nettoyeur sur 50° pendant 20 minutes. Vous verrez les particules de crasse se détacher.

Avant le nettoyage
Après le nettoyage

Une fois nettoyée, la chaîne doit être bien rincée à l’eau claire puis séchée dans un essuie-tout.

Le nettoyeur à ultrasons peut également être utilisé pour les plateaux et la cassette. Pour cette dernière, selon la capacité du nettoyeur, il sera peut-être nécessaire de la nettoyer en plusieurs fois.

Conclusion : entretenir une transmission ne demande pas de diplôme d’ingénieur et ne coûte pas le prix d’une bagnole.

Moralité : traitez correctement votre transmission et elle vous le rendra au centuple. Non seulement vous dépenserez moins d’énergie pour avancer mais votre portefeuille s’en trouvera également ravi car vous pédalerez bien plus loin avec une transmission entretenue avec soin. Et surtout, n’oubliez pas la bonne vieille citation : « là où il y a de la chaîne, il n’y a pas de plaisir »

Pour info, La chaîne SRAM montée sur mon vélo vient de passer ses 3500 km sans le moindre problème.