Le Pays de Galles

Oui, je sais : Grande-Bretagne, soleil et vélo ne vont généralement pas de pair ! Que nenni : nous avons réussi à passer 10 jours au pays élisabéthain quasiment sans pluie et avec des températures au-delà des 25°c (oui, oui, au dessus de zéro).

Cliquez sur l’image pour voir les photos


A Calais, nous avons mis la voiture dans un transporteur phalloïde qui nous a permis d’enjamber la Manche au sec dans la foufoune franco-britannique intracrayeuse. Direction Cambridge, sa ville séculaire, son université, ses touristes chinois et ses fish&chips. La ville, à moitié piétonne, n’est pas bien grande ce qui fait que nous avons pu la visiter entièrement sur nos quatre guibolles. Les vélos accrochés un peu n’importe où sont nombreux et lui donnent un air de Leuven le jour de la rentrée estudiantine. Les trois gouttes de pluie qui nous sont tombées sur la tête n’ont pas dérangé les pélerins et nous avons pu visiter quelques uns des plus beaux collèges anglais.


Après deux jours, nous avons pris la direction du nord du Pays de Galles et le village de Betws-y-Coed. Débrouillez vous pour la prononciation : le Pays de Galles est la région des villages aux deux voyelles : Clwyds, Cwmcarn, Coed Trallwm ne sont pas le résultat de trois passages de chats sur mon clavier mais bien des patelins locaux. Et croyez-moi, il vaut mieux ne pas demander son chemin, mieux vaut se faire passer pour un sourd-muet et écrire sa destination sur un bout de papier.


Betws-y-Coed, c’est … comment dire … un des trous de cul du monde. C’est perdu au milieu d’un serpentin de routes sinueuses et étroites où on arrive un peu par hasard. Betws-y-Coed, ce sont deux rues, rien de plus et n’espérez pas y trouver de  complexe cinématographique ni d’hypermarché. Quant aux restaurants gastronomiques, je n’en parle même pas. Cela a beau être perdu au milieu de nulle part, il y a un monde dingue avec une circulation automobile diurne ininterrompue. Mais qu’est-ce que ces gens viennent f… dans ce bled perdu ? Betws-y-Coed, c’est simplement une de ces Mecque de la randonnée, de l’escalade, du Vtt et du kayak dont les anglais ont le secret. Vous n’y trouverez pas de petite boutique de mode mais … il y a le Cotswold J,  « ze place to be » en matière d’équipement  technique, juste à côté de notre hôtel.


Notre hôtel dispose d’une grande terrasse qui semble être le lieu de réunion de fin de journée pour tous les touristes et randonneurs du coin. Tout le monde se mélange autour de grandes tables chiens admis (oui, bon, les gosses aussi mais c’est moins drôle).


Les bikeparks aux alentours sont assez nombreux. Nous avons commencé par Coed-y-Brenin. Un bikepark, c’est un peu comme une station de ski, il y a des pistes (du bleu au noir selon la difficulté), un restaurant qui distribue des produits locaux et bio (mais … pas de bière L), des douches, des toilettes ET un bike shop J vachement bien achalandé J J.
https://player.vimeo.com/video/102547165

La sécurité est un des gros avantages du bikepark. Vous n’y trouverez pas de trou profond d’un mètre caché derrière un virage. Le terrain y est également très varié : passages rocheux, en sous-bois, des montées, beaucoup de descentes, des racines, de la terre, … toutes les techniques y passent.
Le lendemain, c’est une rando « nature » qui nous attend, à Llyn Brenig. En gros, c’est le tour d’une ancienne vallée qui a été  inondée pour faire place à une retenue d’eau.
https://player.vimeo.com/video/102547167

Pour notre dernier jour dans le nord du pays de Galles, nous sommes allés dans un autre bikepark, à Coed Llandegla qui est plutôt orienté DH (Downhill ou « descente » pour les anglophobes). Là, c’est un peu plus ardu que la veille car avant de pouvoir effectuer une descente, et bien, il faut … monter … quasiment cinq kilomètres en plein soleil. Mais une fois la descente entamée, ce n’est que du bonheur dans un tracé assez technique, rapide et cassant. A Coed LLandegla, le bike shop est gargantuesque et le bike wash nous a permis de décrasser nos vélos.

Après trois jours à Betws-y-Coed, nous descendons tout à fait dans le sud du pays de Galles, vers sa capitale : Cardiff. Non sans s’arrêter, brièvement, à Penderyn qui héberge la seule distillerie de Whisky du Pays de Galles. Mais quel whisky ! C’est probablement un des meilleurs que j’ai eu la chance de goûter. Et, oui, mon bar est rempli …
A Cardiff, nous logeons dans un grand hôtel, le long de la baie qui accueille une course de “Formule 1” des mers juste quand nous y sommes. Il y a un monde fou au port.
A Cardiff, nous partons vers une rando nature à la presqu’île de Gower qui donne sur la mer d’Irlande. Je connaissais cette rando mais c’est la première fois que nous avons l’occasion de faire du Vtt avec des chevaux. Cette rando se termine le long de la mer, quasiment les roues dans le sable et, une fois de plus, sous le soleil.
https://player.vimeo.com/video/103217109
Le lendemain, nous visitons le Bikepark Wales qui a ouvert ses portes l’année dernière. Il est définitivement également orienté vers la DH et même le Freeride. Nos vélos ne sont pas prévus pour ce genre d’activité et nous préférons nous contenter sagement des pistes bleues qui ne sont pas non plus piquées des vers. De retour à Cardiff, nous en profitons pour nous offrir une petite randonnée, à vélo, sur le port.

Nous quittons Cardiff pour la côte sud de l’Angleterre et en particulier vers l’île de Wight. Pour ceux que cela intéresse, le mythique groupe de rock des « Who » (cfr. La bande son des « Experts »)  y a donné un concert mémorable en 1971. Notre hôtel est pluri-centenaire avec des bons vieux planchers en bois qui craquent dès qu’on met le pied dessus. La vue sur la mer est fantastique. Nous avons ressorti les vélos pour une courte ballade. Les voitures y sont en effet assez nombreuses.